Pendant ce temps, à Bethléem

Le monde allume ses guirlandes,
Paix sur la terre comme au ciel ;
Bientôt la grand' messe marchande,
La course aux achats de Noël.

Paix sur la terre et sur nos ondes,
Les beaux sentiments sont partout :
Présentés par des poupées blondes,
Applaudis par l'oncle Picsou.

C'est lui pourtant, sur un coup d'tête,
Qui a réveillé le Golem !
Résonnez hauts-bois et musettes,
Un enfant pleure à Bethléem.
WP_20161224_043 (2) (2)

Accro !

Quelques vers matinaux pour un aveu… corsé  😉

Tant qu’il y aura du café
Pour me chatouiller la narine,
Le monde peut bien s’écrouler,
Je planerai dans ma cuisine !

Je le bois hiver comme été,
C’est mon calmant, ma vitamine ;
Je ne pourrais pas m’en passer,
J’suis accro à la caféine !
Phototastic-03_05_2017_ea122f48-d7e1-418b-ae0e-15190e63b0e3(1)

Dans la lune

Petit poète en devenir,
Assis tout au fond de la classe,
Se préparait à alunir
À bord d’un songe de l’espace.

Où avez-vous encor' la tête ?
Tempête le maître d’école.
Dites-moi où est l’épithète,
Ou je vous donne une heur' de colle !

Qu’est-ce que c’est que cet élève
Qui passe son temps dans la lune ?
Il croit que la vie, ça se rêve.
C’est sûr, il ne f’ra pas fortune.

Mais le poète n'a que faire
Des remontrances de l'adulte.
Il voyage vers d'autres sphères,
Loin des hommes et du tumulte.

Là-haut, il fait des farandoles
De comètes, de météores ;
Dans la voie lactée caracole,
Sur un pâle croissant s'endort.

Il en revient les yeux luisants,
Les poches pleines de poussière
D'étoile et de cristaux d'argent ;
De petits éclats de lumière.

Le jour où il prendra la plume,
Il en saupoudrera ses mots,
Qui scintilleront dans la brume
De vos tourments et de vos maux.

Petit poète qui s’ignore,
On te prédit la pire vie.
Personne ne le sait encore,
L’or naîtra de ta rêverie.
003

Souvenir de Barcelone

 

La ville-monde mosaïque

Charrie des foules éclectiques

Dans un grand chaos linguistique

Des Ramblas au quartier gothique.

 

Mais aux balcons des Catalans

Des drapeaux tendus flamboyants

Aux rayures d’or et de sang

S’affichent silencieusement.

 

Le soir, quand les touristes arpentent

Les lieux branchés, les rues ardentes,

La cacophonie non violente

Commence à dix heures tapantes.

 

Relayant l’étendard aphone,

Cymbales de cuisine sonnent,

Batteries de cuivre résonnent :

Casserolade à Barcelone !

 

Phototastic-06_11_2017_8d66826b-a007-449d-8246-85bb118bd535(1)