Sans queue ni tête

Très longtemps, j’ai rêvé de nettoyer le monde ;
Monde encrassé, mots insensés.
Insensés les serpents qui sifflent sur nos têtes ;
Têtes remplies, têtes bien pleines.
Pleines de certitudes, les foules poings levés ;
Levés les doutes, sus à l’ennemi !
L’ennemi désigné, chargé de tous les maux ;
Maux de tête, tête en vrac.
Vrac, tous leurs beaux discours bien enrobés de miel ;
Miel écœurant, sucre menteur.
Menteur est l’air du temps, l’entendez-vous grincer ?
Grincer des dents, crever de froid.
Froid le marbre des stèles et la mémoire du monde.

Une petite participation inopinée et presque incongrue au Challenge écriture de Marie.

La contrainte pour cette semaine #18 était d’écrire un texte ou un poème dans lequel le dernier mot de chaque phrase devait être repris au début de la phrase suivante.

J’aimais bien la musicalité et le rythme apportés par cette contrainte, alors je me suis laissée porter sans trop me prendre la tête – le résultat n’est pas très joyeux, j’en conviens, mais bon, on ne choisit pas toujours lesquels de nos mots ont envie de sortir prendre l’air 🙂

Saisonnière

Je la croyais partie
La voilà de retour
Elle était là tapie
Elle revient toujours

Je me croyais guérie
Mon cœur était velours
Elle observait ma vie
M’attendait au détour

Très vite rétablie
Dans son ancien séjour
Mon ancienne ennemie
N’est pas vraiment glamour

C’est ma petite, toute petite participation au Challenge écriture de Marie.

La contrainte de cette semaine #8 était de jouer avec les rimes : continues (AAAA), plates ou suivies (AABB), croisées (ABAB) ou embrassées (ABBA). J’ai opté pour des rimes croisées et des hexasyllabes (des vers de six syllabes).

Le thème était le changement – un thème très difficile à traiter pour moi en ce moment. L’inspiration n’était pas vraiment au rendez-vous…

On fera mieux la prochaine fois !

De la suite dans les idées

Matin

Le
Jour
Naissant
Flamboyant
L'odeur du café
La toute première gorgée

Enfance

Jus 
Frais 
Sucré 
Au menton 
La pastèque mûre 
Sur la jolie robe en dentelle

Chocolat

Or 
Pur 
Au creux 
Des papilles 
Le goût des nuits blanches 
Quelques carrés couleur d'ébène

C’est ma participation au Challenge Écriture de Marie.

Pour cette semaine #6, le défi était d’allier mathématiques et poésie en composant des « Fibs » : des petits poèmes de six vers et 20 syllabes réparties selon la fameuse suite de Fibonacci, soit 1-1-2-3-5-8, etc. Le thème était couleurs & saveurs

Je ne connaissais pas du tout cette petite forme poétique. Merci Marie pour cette jolie découverte 🙂

Illustrations : Felix Tonax et Karin Henseler, sur Pixabay

Haïkus nocturnes

Voyage

Fermer les paupières
Les draps fraîchement lavés
Du vent dans les branches
Pluie 

Mille et un soleils
Crépitent sur le bitume
La nuit resplendit
Parents 

L'enfant endormi
Chuchotis et pas feutrés
Le silence est d'or
Pause 

Un rayon de lune
Thé fumant au creux des mains
Le goût du silence
Insomnie

Rêves en volutes
Sur les pages des nuits blanches
À l'encre de Chine

C’est ma participation – en temps et en heure, cette fois-ci – au Challenge Écriture de Marie.

Le défi de cette semaine #5 était de composer un ou plusieurs haïkus sur le thème du printemps ou de la nuit, ou les deux…

J’avais d’abord pensé à traiter les deux thèmes, mais bizarrement, la nuit a fini par s’imposer… Je manque cruellement de sommeil en ce moment !

Colorer le temps

Colosses de pierre
Tourbillons multicolores
Les jours qui ruissellent

Beau d’aujourd’hui et d’hier
L’art de dompter l’éphémère

Le Challenge Écriture de Marie reprend ! Voilà une bonne nouvelle qui m’a cueillie par surprise, ce matin.

Je prends le train en marche avec un modeste tanka, histoire de réveiller la bête en douceur…

Le tanka est un poème minimaliste d’inspiration japonaise structuré en 5-7-5 puis 7-7 syllabes. La contrainte de cette semaine #1 était d’écrire un texte à partir de cette très jolie photo :

Sans queue ni tête

C’est un poème flou, quelque peu saugrenu ;
Bien caché, tout tremblant, il était biscornu,
Malheureux, tout boiteux, triste comme les pierres.
Marie, sanglotait-il, ne fais pas de manières !
Je n’ai ni queue ni tête, il faut me laisser là.
N’ai-je pas l’air affreux et sans le moindre éclat ?
Pas à pas, il fallut apaiser ses angoisses ;
D’idée un peu loufoque en rimes efficaces.

C’est ma participation au défi #23 du Challenge Écriture de Marie. La contrainte était d’écrire un acrostiche.

Si je n’ai pas vraiment respecté le thème qui était suggéré par l’exemple proposé – un poème d’Alfred de Musset – je me suis efforcée d’en respecter exactement la structure : huit alexandrins avec une succession de rimes suivies (AA-BB-CC-DD) et une alternance de rimes féminines et masculines. Voilà, voilà…

Qu’est-ce qu’un poème (10) ?

Tentative de définition #10

Poème : n. masc., [pɔ εm] – fournée de mots à croquer.

Qu’est-ce qu’un poème (9) ?

Tentative de définition #9

Poème : n. masc., [pɔ εm] – baume pour le cœur.

Indéfectible

Au rendez-vous atmosphérique,
J’ai rencontré sa plume amie ;
C’était du côté de Saint-Patrick,
Au rendez-vous atmosphérique.

En quête d’harmonie cosmique,
Elle fredonnait « Let it be » ;
Au rendez-vous atmosphérique,
J’ai rencontré sa plume amie.

C’est ma participation au dernier défi de Marie, dans le cadre de son Challenge Écriture 2020. La contrainte était d’écrire un triolet…

Un clin d’œil pour un clin d’œil, en somme 😉

Ramadan 2020

Café chaud à la hâte, à l’orée bleue du jour ;
Dans nos yeux étoilés, les brumes du sommeil
Et la promesse claire de la prière proche.

Dernières gouttes de nuit que l’on boit en silence ;
Au loin, quelques chiens fous et le chant des crapauds,
Et l’écho saisissant du mutisme des hommes.

Les mosquées se sont tues, nous voilà orphelins !
Où sont toutes ces voix qui tissent d’ordinaire
Au-dessus de la ville un grand voile de paix
Brodé de gratitude.

Qu’est-ce qu’un poème (7) ?

Tentative de définition #7

Poème : n. masc., [pɔ εm] – filet à pensées volatiles.